Recentrer l’Etat sur ses fonctions régaliennes et libérer l’école

Dire la vérité

Il est légitime que le statut de la fonction publique protège les fonctionnaires dédiés à la sécurité de l’Etat et à ses missions essentielles.

Ce statut est justifié avant tout par la permanence du fonctionnaire dans l’emploi. Il lui assure la protection et l’indépendance. En revanche, en dehors des fonctions régaliennes de l’Etat, ce statut n’est pas justifié : la preuve en est fournie par le très grand nombre d’entreprises ou d’opérateurs à caractère privé qui assurent aujourd’hui, par délégation de la puissance publique ou de leur propre initiative, des missions relevant de la responsabilité de l’Etat ou des collectivités.

Il en va également de l’optimisation de la performance des services publics et aussi du recentrage de l’Etat sur ses missions essentielles.

En ce qui concerne l’autonomie des établissements scolaires, elle est la seule voie possible pour leur permettre des marges d’amélioration parce qu’elle replace les chefs d’établissement en situation de responsabilité et la prise de décisions au plus près du terrain.

Agir

  • L’Etat est recentré sur ses missions essentielles : sécurité des Français, défense de nos intérêts, investissements stratégiques et missions de contrôle.
  • Les effectifs des fonctions publiques régaliennes (défense, sécurité, justice, diplomatie) ainsi que ceux de la Santé publique, sont renforcés.
  • Les effectifs des autres services de l’Etat sont adaptés en fonction.
  • Le ministère de la Culture et de la Communication est supprimé.
  • Les responsabilités qu’il exerce et qui sont indissociables de l’Etat telle que la gestion du patrimoine national, sont transférées au Premier ministre.
  • Le recours à la coopération entre les opérateurs publics et les entreprises privées est simplifié et encouragé.
  • Le contrat de travail de droit privé, combiné à l’externalisation de missions, est généralisé à toutes les administrations non régaliennes.
  • Un audit sur l’usage et la pertinence des subventions d’Etat versées est mené. L’autonomie de gestion est donnée aux établissements d’enseignement, de la maternelle au secondaire.
  • La liberté scolaire est favorisée. Le ratio privé/public est relevé.
  • L’installation des écoles hors contrat est facilitée, en particulier dans les zones d’urgence éducative.

Dans son dernier livre « La voix du peuple », Jean-Frédéric Poisson propose une réforme institutionnelle ambitieuse.

Suivez-nous