Mettre fin à l’immigration massive et non choisie

Dire la vérité

L’inquiétude (pour ne pas dire la colère) des Français à l’égard de l’immigration n’est pas nouvelle. Elle a été maintes fois exprimée.

La guerre au Proche-Orient et la crise migratoire qui en est une conséquence ont décuplé cette crainte : celle de voir s’accélérer la dissolution de notre pays dans une société multiculturelle que la France n’a pas vocation à devenir et dont les Français ne veulent pas.

Par ailleurs, les responsables politiques en place mentent sur la capacité actuelle de la France à accueillir massivement les flux des migrants dans des conditions dignes. Même si notre devoir consiste à les traiter décemment lorsqu’ils arrivent sur notre sol.

La politique migratoire de la France doit s’engager de toute urgence dans une triple direction :

· le retour à la logique d’assimilation et le refus d’une société multiculturelle ;

· la maîtrise des flux migratoires économiques ;

· le refus de l’accueil systématique des migrants issus des crises d’Afrique et du Proche-Orient.

Agir

  • Le droit du sang est instauré.
  • Le regroupement familial systématique est supprimé.
  • La France sollicite l’Organisation des Nations Unies pour mettre en place et contrôler des camps de réfugiés autour du bassin méditerranéen.
  • La France demande, avec l’Union Européenne, la prise en charge de la plus grosse part de cet accueil par les monarchies pétrolières du Golfe en raison de leur responsabilité dans la crise actuelle du Moyen-Orient.
  • Un référendum est organisé pour demander aux Français de décider du type d’aides sociales versé aux ressortissants étrangers et des conditions de leur versement.
  • La France négocie avec les pays d’émigration un plan de développement des industries et des services destiné à créer localement des richesses.

Dans son livre « L’Islam à la conquête de l’Occident« , Jean-Frédéric Poisson décrypte et met au grand jour les moyens utilisés par les États Musulmans pour étendre la charia en Europe.

Suivez-nous